La kinésiologie ?

srnicholl071000026

Définition : Langage du corps, la kinésiologie propose à l’être humain de dialoguer avec la source de son être pour accéder à l’auto-connaissance et apprendre à gérer sa vie et ses stress. Distincte de la Kinésiologie Appliquée, qui  est  une approche médicale de la personne, la kinésiologie est une technique d’évolution personnelle qui utilise le test musculaire manuel de précision comme instrument de bio-feed-back pour déceler et lever les blocages qui nous empêchent de disposer de tout notre potentiel et d’atteindre les objectifs que nous aimerions nous fixer. Hautement éducative, elle apprend à l’être humain à trouver en lui les ressources nécessaires à son mieux-être. Pas à pas, il découvre qu’il est sa propre source, riche d’une sagesse infiniment connaissante.

La kinésiologie vous aide à mieux gérer au quotidien différentes formes de stress liées à votre santé (Selon la Charte de l’Organisation Mondiale de la Santé, la santé se définit comme étant “un état complet de bien-être physique, mental et social et non pas seulement l’absence de maladie ou d’infirmité. La possession du meilleur état de santé qu’il est capable d’atteindre, constitue l’un des droits fondamentaux de tout être humain…”), votre vie privée ou professionnelle, ou encore la vie scolaire de votre enfant, tous ces aspects de votre vie étant intimement liés les uns aux autres.

La kinésiologie consiste en une approche globale de la personne qui tient compte de son intégralité c’est-à-dire de ses aspects corporel, mental, émotionnel, énergétique. Étymologiquement “science du mouvement”, la kinésiologie dite spécialisée a pour but de vous aider à bouger, dans tous les sens du terme, c’est-à-dire tous les aspects de votre être afin d’en améliorer la fluidité, le mouvement, la vie !

La kinésiologie intervient :
– dans le domaine physique où elle favorise le rétablissement de la circulation énergétique du corps en libérant les blocages.
– dans le domaine émotionnel, où elle permet de retrouver le goût et l’entrain nécessaire pour nos activités sociales, familiales ou professionnelles.
– dans le domaine de l’apprentissage, où elle améliore la communication entre les hémisphères Cérébraux (cerveau droit et gauche) et la coordination entre le mental et le corps pour faciliter toutes nos activités.

Grâce à des techniques spécifiques de libération de stress émotionnel basées sur des concepts de neurophysiologie, vous serez alors en mesure de changer votre perception de la situation vécue comme stressante. Vous pourrez alors retrouver votre pouvoir intérieur de faire les choix qui vous conviennent pour une plus grande harmonie avec vous-même et votre environnement.

Notre corps est spontanément capable de gérer un certain nombre de stress, mais lorsque celui-ci dépasse sa capacité de rééquilibrage naturel, il arrive qu’il y ait un “court-circuit” qui reste inscrit en lui et provoque des blocages qui se manifestent parfois bien des années plus tard. En libérant cette charge émotionnelle, cela vous permet d’y voir plus clair, de réactiver vos propres ressources, votre capacité de décision pour retrouver votre équilibre.

La kinésiologie fait appel à l’intelligence profonde de votre corps qui sait où “braquer le projecteur” pour vous redonner du mouvement. Avant tout éducative, elle vous permet des mises en lumière, des prises de conscience et apprend à tirer au mieux parti de vos potentiels. Vous devenez ainsi un partenaire actif de la transformation s’opérant en vous. La kinésiologie respecte l’individu en le laissant maître et responsable de sa démarche. Le travail effectué est réalisé en douceur.

Et s’il suffisait simplement de “faire confiance à la seule source valable pour les choix importants de notre vie : nous-mêmes” (Gordon Stokes, fondateur de la technique de kinésiologie “intégration corps/mental”)… La kinésiologie aide à (re)prendre conscience de soi, de son corps, du pouvoir intérieur de trouver la meilleure solution à ses problèmes et d’harmoniser sa vie par soi-même.

LA KINÉSIOLOGIE EST-ELLE UNE THÉRAPIE DOUCE PARMI D’AUTRES ?

La kinésiologie n’est pas une thérapie au sens habituel du terme. Le testeur est seulement un “facilitateur”. Il est le truchement qui permet le dialogue entre la personne et la sagesse corporelle, via son corps. Le pouvoir reste à la personne. Le testeur n’a aucun projet ni aucune solution pour elle. Elle demeure entièrement responsable du choix comme du rythme de son évolution.

COMMENT SE MANIFESTENT LES EFFETS D’UNE SÉANCE EN KINÉSIOLOGIE ?

Les effets sont variables d’une personne à l’autre. Parfois spectaculaires, parfois plus discrets, ils consistent en un mieux-être, une façon différente de se sentir face aux autres, à la vie, à soi-même. On se surprend à dire ou à faire ce qu’on n’aurait jamais osé dire ou faire. Souvent l’entourage est le premier à donner un feed-back de cette transformation. La personne est perçue plus à l’aise, plus assurée et surtout plus rayonnante.

SUR QUELS TYPES DE DIFFICULTÉS PEUT-ON TRAVAILLER EN KINÉSIOLOGIE ?

. Les difficultés d’apprentissage scolaire (lire, écrire, compter, comprendre, etc.) et autres (par ex : sportives, artistiques, etc.)
. Le stress face aux examens, contrôles, épreuves de sélection de tous ordres (par ex : permis de conduire)
. La peur, le découragement, la timidité, l’agressivité, etc.
. Les addictions et dépendances.
. L’amélioration des performances scolaires, sportives, intellectuelles, musicales, ou autres…
. La gestion du temps dans les tâches scolaires, familiales ou professionnelles.
. L’amélioration du bien-être de la communication et de la gestion des émotions.
. L’optimisation des relations, l’évolution personnelle et la prise en charge de sa vie.
. Et… tous les domaines dans lesquels le stress nous empêche de fonctionner de manière optimale.

OBJECTIFS : CE QUE PERMET UN TRAVAIL D’ACCOMPAGNEMENT EN KINÉSIOLOGIE

Les techniques utilisées dans une séance de kinésiologie permettent de diminuer le stress par rapport à des objectifs de travail qui sont par exemple, de se libérer de son anxiété, de ses phobies, de ses allergies, de ses peurs, d’avoir plus de confiance en soi et plus d’assurance, d’augmenter ses capacités de mémorisation, de concentration, de diminuer ses douleurs récentes ou chroniques, de mieux gérer son hyperémotivité, d’apprendre à mieux communiquer etc.

a) Thèmes qui nous concerne

– Difficulté à être nous-mêmes dans les relations aux autres. Difficultés à exprimer ce que nous voulons dans différentes communications avec parfois la sensation de ne pas être compris de l’autre. Que de choses non dites/mal dites, non entendues/mal comprises, non réalisées/non terminés nous restent « encore en travers de la gorge », résonnent encore dans nos oreilles ou nous plongent dans le regret. Nous avons une capacité d’accumulation et de résistance étonnante, mais pendant combien de temps allons-nous encore nous charger de tout cela ?
– Difficultés de s’adapter à un nouvel environnement ou de nouvelles conditions de vie (séparation, deuil…)
– Difficultés à se concentrer, à lire, à écrire, à comprendre, à écouter, à apprendre, à calculer, à s’organiser, à se coordonner. Combien d’efforts nous faudra-t-il encore avant de retrouver le plaisir d’apprendre enfin avec facilité ?
– Un sommeil irrégulier ou peu récupérateur. Des sensations de fatigues. Des douleurs dans le corps. Combien de temps allons-nous encore attendre avant de s’occuper un peu plus de nous en écoutant davantage les messages de notre corps ?
– Sensation de se lever le matin peu motivé, avec des idées assez négatives, préoccupé par les soucis de la journée ponctués par une série de « il faut », « je dois ». Est-ce qu’on a l’impression de commencer la journée comme on le voudrait : ne sommes-nous pas déjà en train de choisir comment la journée va se dérouler et la programmer de cette façon ?
– Manque de confiance dans telle situation, manque d’assurance ou de motivation dans telle autre, sensation de ne pas se sentir à la hauteur en tant que femme ou en tant qu’homme pour réaliser ses projets… Vous sentez-vous disposé à vivre vos expériences avec plus de confiance en vous-même ?
– Anxieux par la réunion à organiser, anxieux au regard de toutes les tâches à gérer dans la journée, le trac de passer un examen, préoccupé par toute l’attention que demandent vos enfants… Êtes-vous prêt à vous sentir plus paisible au regard de vos projections dans le futur ?
– Difficultés à poser des limites à vos enfants, de vous faire respecter dans vos demandes, fatigué de répéter les mêmes choses encore et encore, sensation d’être oppressé au point de ne plus avoir de temps libre pour vous. Êtes-vous prêt à communiquer différemment avec vous-même et avec les autres, pour enfin respirer, et donner à l’autre la chance d’être plus autonome et responsable ?
– Difficultés à prendre de décisions constructives.

 b) Se comprendre afin d’atteindre nos objectifs

– Les différentes prises de conscience de soi, la diminution du stress associé aux différents moments de la vie, l’augmentation de la motivation pour atteindre vos objectifs personnels et retrouver le choix, là où il semble ne plus y en avoir, font partis des objectifs de ce travail.
– Sous stress, il est hasardeux et risqué de faire des choix. Sous stress, c’est notre passé qui parle : nous réagissons et nous sommes dans une réactivité bien conditionnée.
– Sous stress, nous ne sommes pas dans le temps présent : c’est l’enfant, l’adolescent ou l’adulte du passé, blessé, qui s’exprime, avec peu de conscience sur ce qui se déroule à ce moment.
– Vivre plus dans le temps présent, dans l’ici et maintenant, nous permet de libérer notre créativité, d’oser aller vers l’inconnu, d’aller vers de nouveaux apprentissages et de nouvelles expériences.
– Depuis notre naissance, nous sommes structurellement et neurologiquement des apprenants : toute notre énergie est dirigée vers l’utilisation de notre capacité phénoménale à apprendre ; tous nos sens sont en plénitude, prêts à vivre de nouvelles expériences et avec une facilité étonnante.
– Comment avons-nous perdu cela ? Comment avons-nous perdu notre spontanéité ? Comment notre impulsivité a-t-elle été bloquée ?
– Des difficultés d’apprentissage aux difficultés de mal-être il n’y a qu’un pas. Cette approche y répondra d’une manière personnelle et précise.
– Quel est le message de nos émotions ? Comment le contrôle a-t-il pris sa place dans notre quotidien, au point que nous avons remplacé gestion des émotions par le contrôle et le déni de nos émotions.
– Rester bloqué dans un fonctionnement qui nous a servi à un moment donné dans notre vie, mais qui ne correspond plus à nos attentes actuelles : n’est-ce pas quelque chose que vous voulez changer ?
– Être davantage dans son corps, comprendre ses émotions et ce qu’elles ont à nous dire, tendre vers ce qui est essentiel pour nous : n’est-ce pas ce que nous désirons tous un peu plus chaque jour ? Le faisons-nous ? Est-ce seulement possible ?
– Est-ce vraiment nécessaire d’être dans la peur ou dans la douleur pour évoluer dans la vie ? Le travail proposé ici vous apprend à avancer en étant plus doux avec vous-même et à vous acceptez un petit peu plus chaque jour.

c) Vivre ses désirs au quotidien…

… afin d’avoir la sensation intérieure de plus de liberté au lieu de contraintes que vous vous imposez.
… afin de se connaître davantage, reprendre contact aves ses désirs et ses besoins, aller vers votre réalisation de façon plus consciente.
… afin de connaître vos talents, de vivre votre plein potentiel.
… afin de retrouver un lien plus présent avec votre corps, de reprendre contact avec lui, avec ce qu’il a à vous dire.
… afin de retrouver la motivation en soi pour réaliser les projets qui vous tiennent à cœur.
… afin de respirer un peu plus dans le nouvel espace que vous vous serez offert : n’est-ce pas un cadeau pour vous-même ?

L’orientation de ce travail est la gestion du stress, l’augmentation des performances, l’amélioration de l’apprentissage.

C’est un travail éducatif qui est réalisé lors de séances individuelles où le professionnel agit en tant que facilitateur pour permettre à la personne de trouver ses propres solutions. Il s’attache à ce que la personne reprenne sa propre autorité afin qu’elle retrouve plus de liberté. Ces techniques vous apporteront des clés quant à vos questions les plus personnelles.

QUEL OUTIL EST UTILISÉ ?

La kinésiologie comprend un ensemble de méthodes qui utilisent un outil de base commun très sensible, le test musculaire manuel de  précision (instrument de bio-feed-back). Le test musculaire est une réponse physiologique qui échappe au contrôle du mental conscient. Il nous permet de communiquer avec la mémoire cellulaire. Notre corps a une mémoire : tout ce que nous avons vécu, nous l’avons vécu avec notre corps et reste ancré au cœur de nos cellules. Nous vivons tous des événements, ce ne sont pas les événements qui posent problème, mais le comment nous les ressentons. Si nous sommes dix personnes à vivre le même événement, nous avons chacun un ressenti différent. C’est ce ressenti qui vient fusionner avec l’événement qui crée une « mauvaise disquette ». Nos colères, nos rages, nos déceptions, nos angoisses restent ancrées en nous. Elles provoquent nos réactions dans le présent tant que nous ne les avons pas libérées. Le kinésiologue interroge cette mémoire cellulaire. Il se laisse guider par le test musculaire pour accéder aux stress originel du passé et au « levier » (émotion, déséquilibre énergétique) qui permettra de résorber le frein ou le blocage actuel résultant de ce stress. Grâce à ce test, le kinésiologue va installer un “dialogue” entre vous et la mémoire de votre corps pour vous permettre de :

– localiser le stress dans le corps, de corriger les déséquilibres dus à ce stress et de vérifier si les corrections ont bien fonctionné.
– déceler les traumatismes de la petite enfance, de la naissance, de la vie intra-utérine, de la conception…
– mieux connaître l’origine de vos blocages dont la charge émotionnelle peut voiler votre discernement et vos capacités de choix d’aujourd’hui
– prendre de la distance face aux émotions perçues comme négatives.

Une fois le stress nommé, le kinésiologue aide le testé dans un travail de libération de stress, appelé « défusion » (voir ci-dessous).

a) Comment fonctionne le test musculaire manuel de précision ?

Un test musculaire manuel consiste à placer un muscle dans une position de contraction et à exercer une légère pression pour tenter de lui faire quitter sa position. L’un des muscles que nous utilisons est la partie antérieure du deltoïde (le muscle qui donne l’arrondi de l’épaule). La personne lève le bras vers l’avant, paume vers le bas, coude tendu. La pression est exercée sur le dos du poignet pour ramener le bras le long du corps. Si le muscle est correctement alimenté en énergie, il garde sa position sans aucun effort. S’il ne l’est pas, il manifeste un affaiblissement de son tonus et le bras cède à la pression pourtant très douce. Ce test est dit de précision parce que nous effectuons des pré-tests en début de séance afin de nous assurer de sa fiabilité.

b) En quoi ce test est-il un instrument de bio-feed-back ?

En bio-feed-back, des appareils sont utilisés pour évaluer le fonctionnement du système corps/mental. En kinésiologie, nous utilisons les muscles du corps dans le même but. Le test musculaire permet de connaître la réponse physiologique de notre corps face à un stimulus physique (toucher, couleur, son, odeur, posture, etc.), émotionnel, mental, nutritionnel, etc. Le test musculaire est un moyen de communiquer avec le corps, comme avec un ordinateur sur le mode binaire. Notre “bio-computer” nous renseigne, grâce au test, sur la présence d’un stress en rapport avec une difficulté, une question, une sensation, une émotion…

Le test musculaire manuel de précision est donc utilisé pour :
– Mettre en évidence les déséquilibres énergétiques et les stress émotionnels (ou autres) empêchant une personne d’utiliser toutes ses potentialités et de bien vivre son temps présent ;
– Préciser la nature et l’origine de ces déséquilibres ainsi que les états émotionnels et mentaux qui leur sont associés ;
– Déterminer la nature des équilibrations qui permettront de lever ces déséquilibres ;
– Vérifier l’efficacité des équilibrations ;
– Permettre à la personne d’utiliser toutes ses potentialités, de vivre son temps présent comme elle le désire et de pouvoir faire les choix qui lui conviennent.

Remarque : L’emploi du terme kinésiologie s’explique par le fait que ce sont des chiropracteurs qui sont à l’origine de cette technique. Le test manuel est  une activation musculaire, d’où “kiné” : mouvement.

Cependant, la kinésiologie n’a pas de point commun avec la kinésithérapie.

c) Quel intérêt y a-t-il à communiquer avec notre corps ?

La réponse musculaire est une réponse physiologique qui échappe au contrôle du mental conscient. Par le test musculaire, nous communiquons avec la conscience du corps, notre propre source d’informations, et nous accédons à sa mémoire, cette fabuleuse banque de données. En effet, notre corps a une mémoire. L’expérience du passé a été enregistrée par les neurones et les cellules des tissus, nerfs et muscles, qui s’en souviennent. Toutes les peurs, les rages, les douleurs qui se sont accumulées dans cette mémoire depuis notre conception sont là. Présentes mais refusées et oubliées par le mental conscient, elles déterminent nos réactions dans le présent, nous dictant à notre insu l’évitement des problèmes ou des relations qui les ont engendrées. Tant que nous sommes mus par ces émotions du passé, nous ne pouvons pas disposer du merveilleux potentiel de notre cerveau antérieur, le cortex frontal, siège des processus décisionnels, du choix. Notre cerveau émotionnel limbique nous enferme dans la reproduction des schémas réactionnels du passé. Il est alors le maître du jeu.

QUELS EN SONT LES MÉCANISMES ?

Nous pouvons percevoir le monde sous deux angles, à partir de deux points de vue totalement différents : soit comme un tout  – c’est le rôle du cerveau droit, l’hémisphère qui reconnaît la forme, la « Gestalt »  – soit fragmenté en unités minimales  – c’est celui du cerveau gauche, l’hémisphère analytique. Ce sont deux mécanismes qui ont leur place dans les processus d’apprentissage. En effet quelque soit l’activité que nous devons effectuer, nous avons besoin de pouvoir accéder simultanément à ces 2 processus. Lorsque nous lisons, par exemple, nous avons besoin non seulement de pouvoir déchiffrer les lettres qui composent les mots, mais aussi de pouvoir accéder au mot dans sa globalité, puis à la phrase… Des éducateurs se sont aperçu que des enfants (ou des adultes) en difficulté d’apprentissage ont du mal à utiliser simultanément gauche et droite du corps, mais aussi des yeux, des oreilles, de la main, etc. Ceci peut expliquer des problèmes de lenteur : pour qu’un enfant écrive bien, il faut des yeux, une main, et un cerveau pour commander le tout, mais la coordination œil / main / cerveau n’est pas toujours très bonne.

La kinésiologie va mettre en évidence les déséquilibres qui font que l’adulte ou l’enfant va être lent, fatigué

…En stimulant le corps sur différents points réflexes et par des mouvements, on va l’aider à une bonne intégration c’est à dire à une bonne utilisation simultanée des deux côtés du corps et du cerveau. Ces mêmes difficultés peuvent être liées à l’aspect émotionnel des choses. Ce point de vue est aussi abordé. Que ce soit un adulte ou un enfant, chaque séance se passe sur un objectif : certaines émotions, certains évènements liés à cet objectif vont ressurgir pendant la séance. La correction va avoir un effet émotionnel mais la correction n’est pas forcément une correction dans le domaine émotionnel, ce peut être un mouvement ou une stimulation de point ou autre.

En Kinésiologie, il existe un mot « DEFUSION » (dé – fusion). Exemple : quand un enfant apprend à lire et qu’il fait une erreur, il se fait gronder par son instituteur (trice). Le fait de s’être fait reprendre devant ses camarades peut avoir pour effet de « fusionner » le « fait » de lire avec l’émotion ressentie à ce moment là (honte, peur, colère, tristesse…). Ce que l’on cherche à faire c’est d’aider l’adulte ou l’enfant, par différentes techniques, à « dé – fusionner » l’événement de l’émotion de façon à, ce que la lecture puisse redevenir une action libre de cette émotion négative qui faisait que cette personne en situation de lecture revivait la même émotion chaque fois. Pour elle, lecture signifiait « stress » (donc impossibilité de lire correctement). Ce type de correction est valable pour d’autres activités ou évènements, et peut s’effectuer des années après.

Les exercices que l’on fait sont des mouvements pour activer le corps et qui, en fait, activent le cerveau (exercices de « Brain Gym »). Ces exercices que l’on fait pour la première fois en séance créent des connections nerveuses. Si on ne les refait jamais, c’est comme le chemin dans la brousse, il va se refermer, alors que les faire régulièrement, permet d’entretenir et rendre ces connections plus aisées et rapides (plus le chemin est utilisé souvent plus il devient praticable, plus il aisé et rapide d’y passer). Ces exercices peuvent être utilisés en dehors d’une séance individuelle et faits en groupe.

Il faut savoir que les différentes branches de la kinésiologie peuvent intervenir pour équilibrer un même problème : il se peut que pour l’écriture par exemple on soit amené à travailler en Touch for Health, puis en Three In One Concepts®, en Édu-K…Le chemin à suivre nous est montré par le corps de la personne à travers le test musculaire. La démarche ne sera pas forcément la même pour deux individus différents ayant le même objectif (leur vécu étant forcément différent).

Le Kinésiologue est un facilitateur, ou catalyseur. Il permet que la réaction se produise, mais il ne fait pas partie de la réaction.

“Personne ne reçoit de prix pour souffrir et personne ne reçoit de prix pour ajouter de la souffrance aux autres. Notre but est de changer la perception, et changer la perception est un acte simple, facile et indolore. L’utilisation de notre système vous garantit que durant la défusion (dissociation de l’événement vécu et de sa charge émotionnelle) vous ne revivrez pas l’ancienne douleur liée à l’expérience passée, aussi douloureuse fut-elle au moment même. Ce que vous allez expérimenter, c’est une libération, de l’énergie positive et une sensation de soulagement provenant du fait que vous avez retrouvé votre pouvoir” (Gordon Stokes, fondateur de la technique de kinésiologie “intégration corps/mental”).

"Le plus grand cadeau que nous puissions offrir à nous-mêmes et autres, c'est la qualité de notre attention"